Chaire de recherche du Canada en patrimoine religieux bâti

Blason de l'Université Laval

Chaire de recherche
du Canada

en patrimoine religieux bâti

Cours insitu

Relever, interpréter, projeter: voilà des mots clés qui reviennent dans chacun des chantiers de recherche de la Chaire, soulignant l’importance d’examiner les structures physiques, la culture matérielle in situ, de première main, et ce faisant, d’élaborer des « lectures » sociales du monde, le cadre bâti de nos vies. L’observation directe, sur le terrain, fait découvrir des données qu’on n’aurait obtenues qu’en parcourant les archives ou qu’en recueillant l’histoire orale. Dans l’optique rétrospective, le travail sur le terrain nous invite à réviser notre compréhension et nos préconceptions de la construction et de la transformation de l’environnement bâti. Prospective, cette méthode, qui a déjà faite ses preuves, constitue le fondement d’une stratégie de design axée sur la recherche de solutions optimales pour la conservation, requalification et la mise en valeur de bâtiments existants.

Le cours in situ vise à faire le lien entre recherche historique et conception architecturale. Il permet aux étudiants de développer, d’intégrer et de mettre en œuvre des habilités dans un contexte d’apprentissage actif et expérientiel. Il amène les étudiants de diverses disciplines non seulement à documenter et à interpréter la création d’un lieu et son évolution dans son contexte sociohistorique, mais également à proposer des manières de mettre en valeur, de reconvertir ou de transformer certaines composantes de ce lieu dans le respect de besoins identifiés par la population. Ces compétences professionnelles sont de plus en plus demandées, non seulement dans le domaine de la pratique de l’architecture, mais aussi dans le domaine du patrimoine et des disciplines connexes.

La formule pédagogique du cours in situ orientée sur l’apprentissage par les pairs et la formation pratique sort les étudiants de leur zone de confort. On est loin des cours qui, même s’ils se donnent hors campus, suivent un modèle assez traditionnel : ici le transfert des connaissances se fait avant tout oralement et en action avec les instructeurs qui leur servent de modèle. Les participants n’ont pas d’autre choix que d’expérimenter avec des approches qui leur sont étranges, d’apprendre en faisant de façon autre que dans un atelier de design. Cette pédagogie au cœur du cours in situ s’élargit à la formation et la participation citoyenne et les personnes qui y s’inscrivent y prennent partie.


Dossier de presse

« La Gaspésie en mode bio : Des étudiants ont planché de façon intensive sur l’avenir de l’ancienne école d’agriculture du village de Val-d’Espoir » Renée Larochelle, Au fil des évènements 15 septembre 2011, vol. 47, no. 3

}

© 2017 - Chaire de recherche du Canada en patrimoine religieux bâti - Université Laval - Tous droits réservés

Responsable : Tania Martin | Tania.Martin@arc.ulaval.ca