Chaire de recherche du Canada en patrimoine religieux bâti

Blason de l'Université Laval

Chaire de recherche
du Canada

en patrimoine religieux bâti

Circuits

Visites guidées en autobus – circuits Nord et Sud

Le départ pour les visites se fera à partir du stationnement du Cégep de la Gaspésie et des Iles, campus de Gaspé.

Les déjeuners, diners et soupers sont inclus dans vos frais d’inscription. Les communautés hôtes vous serviront des plats de poisson et fruits de mer régionaux. Chaque circuit se terminera par un souper festif. Pour ceux qui présentent des restrictions alimentaires, des menus alternatifs seront offerts sur demande.

Le mercredi (12 juin 2013), les participants parcourront un des circuits et le jeudi (13 juin 2013), ils parcourront le circuit qu’ils n’ont pas parcouru la veille.

Les participants du Forum recevront des guides d’accompagnement pour les visites sur les sites. Bilingues et hautement illustrées, ces guides montrent l’évolution des sites par des cartes évolutives et des dessins architecturaux inédits et la présentation de pistes d’analyse.

Mise en contexte

Dès la création du diocèse de Gaspé en 1922, Monseigneur Ross, le premier évêque, invite les congrégations religieuses à ouvrir des écoles et hôpitaux sur tout le territoire de Rimouski à la pointe de Gaspé. Ces institutions complémentent le travail du clergé responsable des paroisses. Elles s’ajoutent à la panoplie de sites sacrés existant dans le paysage: croix de chemin, statues de saints, églises et cimetières, qui rappellent la relation étroite entre l’expression du monde spirituel et la vie quotidienne; entre religion et économie.

Les circuits de l’édition 2013 mettent en valeur des sites qui montrent les différentes manifestations de ce thème. Par exemple : l’organisation des noyaux paroissiaux, catholique et anglican, et leurs principales constituantes; différentes formes de dévotion privées dans l’environnement domestique en relation avec les inégalités sociales et économiques; les pèlerinages et les sites de dévotion en plein air; l’affirmation et les formes contemporaines de la culture des Mi’gmaqs; l’expérience pédagogique catholique de l’école d’agriculture; les bâtiments commerciaux témoins privilégiés de la naissance des premières coopératives organisés par les travailleurs et le clergé; la création d’un parc national entrainant l’expropriation de villages et, pour les communautés périphériques, la déstructuration des paroisses entrainant le démantèlement des réseaux d’entraide informels; les transformations de l’occupation du territoire par la co-occurrence des phénomènes de déclin des pêcheries, de l’agriculture, de l’industrie forestière et de la fréquentation des églises, tous ces éléments entrent en relation avec le développement de l’industrie du tourisme et l’accessibilité à la culture matérielle moderne.

Circuit Nord

Le circuit Nord présente la pratique de la pêche sous différents points de vue : une activité de subsistance pour les Mi’gmaqs, le quasi-monopole des grands commerçants de morue et la centralisation des activités de pêche et de la transformation. Plusieurs bâtiments subsistent, reconvertis ou non, et témoignent de ces changements. Le circuit Nord montre également les maisons et ensembles agricoles des différents groupes socioculturels et religieux qui ont façonné les paysages en périphérie des établissements des grandes entreprises morutières. Le déclin du commerce de la morue coïncide avec la création du Parc nation du Canada de Forillon. L’émigration massive des travailleurs et l’expropriation de centaines de familles ont eu un impact majeur sur les modèles d’habitation, l’utilisation du territoire et l’organisation paroissiales toutes confessions religieuses confondues.

De Gaspé, les participants se rendront d’abord à Rivière-au-Renard, l’un des ports de pêche les plus dynamique de la région. Le Chafaud Hyman, un bâtiment où le sel pour la morue était emballé et stocké, est un témoignage de l’importance qu’avait la Gaspésie en tant que fournisseur de poisson pour les catholiques pratiquants qui jeûnaient les vendredis. Comme ils n’avaient pas droit à la viande, ils mangeaient du poisson. Comme ailleurs au Québec. Une croix de métal rétro et éclairée érigée sur la montagne domine la ville.

Après, les participants se dirigeront vers l’Anse-au-Griffon où ils auront l’occasion de comparer un manoir seigneuriale à la modeste maison d’une famille canadienne-française défavorisée. Ils pourront aussi voir un congélateur, bâtiment où les membres de la coopérative des pêcheurs entreposaient leurs prises. Ce bâtiment à été transformé en centre culturel de l’Anse-au-Griffon.

Ensuite, ils se rendront dans le village de Cap-des-Rosiers, fortement touché par l’expropriation des années 1970. Il se distingue de Grande Grève qui lui, à vu plusieurs de ses bâtiments restaurés pour en faire des centres d’interprétations à l’intérieur du parc National de Forillon. À Grande-Grève, les participants auront l’occasion d’explorer quelques maisons qui sont restées presque intactes et qui ne sont pas ouvertes au grand public.

La journée se terminera avec la visite du village de Saint-Majorique, où ils pourront visiter une église en bois du 19ième siècle qui illustre bien les anciennes pratiques en construction, et du sanctuaire de Pointe-Navarre avec son mausolée, sa grotte, son calvaire. Ses caractéristiques et ses paysages font de lui un des lieux de pèlerinage les plus populaires de la province. Ce site est voisin avec le bâtiment de Gespeg, où la Nation Mi’gmaq s’est installée pour faire l’interprétation de leur architecture traditionnelle.

Circuit Sud

Le circuit Sud met en valeur les différentes vagues d’immigration Irlandaise, Jerseyaise et Guernseaise, loyaliste et Canadienne française, entre autres. Chaque groupe a construit son environnement avec ses institutions et modèles d’établissement particulier. La culture matérielle témoigne des différences sociales souvent renforcés par la langue et l’appartenance religieuse.

De nos jours, le tourisme de masse à remplacer les activités économiques traditionnelles : pêche et transformation, coupe du bois, agriculture. Le mouvement de migration des citadins pour la saison estivale donne lieu à une nouvelle manière de construire. Les nouveaux chalets préfabriqués avec vue sur la mer changent le sens d’un environnement naguère considéré comme un lieu de travail dangereux et imprévisible. Les motels remplacent les anciens lots de grève et de nouveaux commerces se construisent, essayant de reproduire les vieux bâtiments.

La première visite du circuit Sud est celle de Douglastown, cœur de la congrégation catholique irlandaise. Des éléments importants de son noyau paroissial ont été reconstruits dans les années 1930 et 1950. Le Holly Name Hall, une salle de spectacle paroissiale, un presbitère de béton coulé, une église d’inspiration Dom Bellot et une école élémentaire standard forment un ensemble monolithique qui se démarque dans le paysage.

Les maisons de deux familles Jersiaises, une à l’intérieure des terres, l’autre sur la grève contraste avec les installations des marchands de poisson. On verra le reste des installations de grande envergure de l’industrie de la pêche, comme celles des Robin, des Whitman and Sons et des Hymans, dans les villes de Barachois et Percé, dans le secteur sud, et à Rivière-au-Renard, dans le secteur Nord.

Barachois est aussi le lieu d’une congrégation bilingue irlandaise et canadienne-française catholique. Autrefois, la communauté abritait de nombreuses familles, mais aujourd’hui, il est complètement dévitalisé. Les participants y verront le Saint-Peter’s Malbay, l’église gothique d’un charpentier anglican qui a servi de missionnaire pour un bon nombre d’églises.

De la côte, en passant par les terres, les participants se rendront à Val-d’Espoir, un hameau qui s’est développé avec les efforts du gouvernement provincial pour coloniser son arrière-pays, dans les années 1920. La population de Val-d’Espoir à augmentée au cours de la grande-dépression avec l’école d’agriculture fondée par les pères Viateur.

Malgré une baisse de population, résultats des politiques gouvernementales des années 1970 sur les fermetures des paroisses, la population de Val-d’Espoir se bat pour garder leur église catholique locale pour garder leur communauté vivante.

La visite se terminera par une visite auto-guidée de la ville de Percé. Ville de 1000 habitants très célèbre au niveau des touristes.

Visites optionnelles

Centre-Ville de Gaspé – Mardi et samedi

La Corporation Gaspé, Berceau du Canada a mis sur pied un circuit patrimonial mettant en valeur le patrimoine bâti de Gaspé et de vous le faire découvrir par le biais d’un guide patrimonial, d’un audio guide et, dans la partie du circuit pédestre, par les 24 panneaux d’interprétation qui ponctuent ce parcours.

Le guide « Pas à pas, sur les traces de l’histoire de Gaspé » sera en vente à la table d’inscription et l’audio guide peut-être téléchargé ici. De plus, plusieurs bâtiments seront ouverts spécialement pour les participants au Forum.

Site historique de Pointe-à-la-Renommée – Samedi

Pointe-à-la-Renommée était le site de la première station radiomaritime en Amérique du Nord, construite en 1904 par M. Guglielmo. La Station de phare fut cité monument historique par la ville de Gaspé en 2010,

Visites guidées du phare rapatrié en 1997. Grâce aux expositions « L’Espace d’une vie à Pointe-à-la-Renommée » et « Marconi, histoire des communications et radio », découvrez ce qu’était la vie des opérateurs radio, des gardiens de phares et de leurs familles.

Sur les pas des pionniers d’autrefois, on emprunte les sentiers sur les caps d’où la vue panoramique sur la mer s’agrémente souvent de la présence des phoques ou des baleines.

Parc national de l’Île-Bonaventure-et-Rocher-Percé – Samedi

À partir du centre-ville de Percé, une navette vous amène sur l’île Bonaventure. Dans le célèbre parc national vous pourrez explorer les vestiges de l’occupation humaine et la célèbre colonie de Fous de Bassan de plus de 60 000 couples. Le circuit comprend l’aller-retour entre Gaspé et Percé.

}

© 2017 - Chaire de recherche du Canada en patrimoine religieux bâti - Université Laval - Tous droits réservés

Responsable : Tania Martin | Tania.Martin@arc.ulaval.ca